La santé du sol, c’est payant !

(0)
Publié pargestionnaire Catégorie
Publié le Jan 01, 1970

AUGMENTER LES RENDEMENTS EST L’OBJECTIF PRINCIPAL QUE LES PRODUCTEURS DÉSIRENT ATTEINDRE.

Pour y parvenir, il existe une multitude de stratégies; entre autres, changer de cultivar, accroître les populations, appliquer plus d’engrais, drainer, redrainer et décompacter. Par contre, avoir des récoltes abondantes afin de dégager une meilleure marge bénéficiaire dépend de plusieurs facteurs. Et si tous ces aspects étaient regroupés dans un seul et même objectif ? La santé de votre sol !

Un sol en santé est beaucoup plus qu’un milieu où l’on retrouve des vers de terre. Un sol vivant et productif est à la base de la rentabilité en agriculture. Qui dit sol en santé, dit bonne structure de sol, bonne aération, meilleure portance, semis en bonne condition, levée uniforme, désherbage plus efficace, diminution des maladies racinaires et cultures performantes valorisant mieux les ressources. Un sol en santé requiert moins d’intrants pour un même rendement; il est plus stable et moins propice à l’érosion.
Plusieurs indices indiquent qu’un sol n’est pas en bonne santé. Dans votre entreprise, vous êtes la personne la mieux placée pour les détecter.

Avez-vous… :

  • des zones à faible rendement ?
  • des traces et des zones humides ?
  • de fortes infestations de mauvaises herbes ?
  • des cultures carencées ?
  • des rendements adéquats seulement au-dessus des drains ?

Ce sont des exemples qui devraient vous amener à vous questionner sur la santé de votre sol. Les agronomes sur le terrain peuvent vous aider à établir les priorités d’intervention dans l’exploitation en faisant un bon diagnostic de sol. Pour ce faire, l’agronome utilise des cartes d’élévation (GPS, LIDAR, etc.), des cartes de rendement et des photos aériennes pour comprendre le comportement du champ (pente, cuvette, mouvement de l’eau). Ensuite, une visite terrain est requise afin de valider les données et faire des profils de sol pour mieux saisir les problématiques. Celles-ci sont diverses : présence d’une couche compacte, d’une nappe d’eau élevée, d’une nappe perchée, d’une mauvaise structure, d’une cuvette, d’un changement de pente, de texture de sol et souvent, d’une combinaison de plusieurs éléments.

À la suite du diagnostic, il sera possible de faire des recommandations pour régler les problématiques rencontrées. Ces correctifs peuvent être en lien avec l’égouttement du champ (drainage souterrain, nivellement, sous-solage, tranchée filtrante, voie d’eau, etc.) ou encore, reliés aux pratiques de l’entreprise telles que planification d’une rotation de culture durable, implantation d’engrais vert, introduction au semis direct ou travail minimum, etc.

L’amélioration d’un champ afin d’obtenir un sol en santé est la clé pour l’optimisation des rendements, et ce, à long terme !

Pour plus d’information sur ce sujet, cliquer ici